47ème Semaine - Cambodge
  

47ème Semaine - Cambodge

Angkor, Cambodia 01/02/2015

 

Angkor et pour toujours…

 

Petit matin.

Un voile de vapeur humide enveloppe de sa robe légère la forêt dense et luxuriante. Au loin les contours magiques et féériques des cités perdues se dessinent en ombres chinoises. Dans une danse imaginaire, les citadelles de pierres ancestrales virevoltent dans un panache laiteux dévoilant leurs délicieuses formes énigmatiques finement sculptées au gré des tourbillons brumeux lents et ondulants. La représentation est sobre et parfaite, le spectacle grandiose, l’instant une éternité… 

 

Après-midi.

Le soleil brûle l’horizon plongeant les majestueux palais rongés par le temps, sous une chaleur caniculaire. Derrière chaque arbre, des basiliques fantômes immenses et imprécises dressent leurs tours de pierres à l’assaut des cimes. Des forteresses médiévales ensevelies sous la forêt, des têtes gigantesques barbues de lichen regardant dans toutes les directions, des temples couvert de mousse et livré à la jungle. Au-dessus des galeries aux bas-reliefs merveilleux, les fromagers géants étendent leurs racines vers le sol s’ingérant entre les pierres disloquées. Les arbres se font pythons pour mieux dévorer les statues, embrassant et  compressant les enceintes de vieux cailloux aux frises ciselées. Une beauté mystérieuse et envoûtante offerte à deux explorateurs émerveillés.

 

Crépuscule.

Derrière les tours de pierres millénaires émergeants de la canopée, décline l’astre solaire. L’horizon se farde de couleurs rougeoyantes vives et chaudes illuminant une dernière fois les palais somptueux et les pagodes fantastiques. Après une semaine passée hors du temps, le spectacle se termine. Le rideau se referme sur ce site prodigieux et hors du commun, loin d’avoir livré toutes ses énigmes, gardant jalousement ses secrets pour l’éternité dans la nuit moite et humide…

 

 

Comments



Others travel post

Autres Recits en Cambodia